savoir plus

[1] Cette 2ème campagne pétition « OGM TRANSPARENCE » :

- est une demande légitime des consommateurs qui ont le droit de savoir la composition exacte de ce qu'ils mangent, y compris la composition exacte de l'alimentation des animaux d'élevage qu'ils consomment

- devrait pouvoir être satisfaite beaucoup plus rapidement que l'objet de la première campagne pétition « MORATOIRE OGM / ROUNDUP » (pour mémoire : l'obtention d'un moratoire sur l'importation des OGM qui s'appuie sur l'application du principe de précaution inscrit dans notre constitution, justifiée par les résultats très alarmants de l'étude du Pr Gilles-Eric Séralini et al. publiée dans la revue Environnemental Science Europe et vulgarisée dans les ouvrages du Pr Séralini : l'ouvrage de référence « Tous cobayes ! OGM, pesticides, produits chimiques » aux Éditions Flammarion et le tout récent « Plaisirs cuisinés ou poisons cachés » aux Éditions Actes Sud 

- ne signifie pas du tout que les consommateurs sont d'accord avec la qualité OGM des produits alimentaires qui seront ainsi étiquetés : « nourris aux OGM » de façon très lisible. Cette pétition très consensuelle a donc vocation à être signée et relayée activement par tous les consommateurs. Pour y parvenir lire le texte du coordinateur national Bernard Astruc ICI

 

[2] Il faut prendre conscience que cet étiquetage obligatoire porte sur de très nombreux produits alimentaires puisque toutes les viandes de tous les animaux d'élevage sont concernées (sauf celles issues de certains « Label Rouge » et celles issues d'élevages en Agriculture Biologique certifiée).

Il est à noter que la consommation de viandes ou de produits à base de viande est devenue tout à fait excessive, ne serait-ce que par rapport à la nécessité de nourrir en quantité suffisante toute la planète, dans le respect des traditions alimentaires de chaque pays, qui s'équilibre très bien en protéines par des associations céréales – légumineuses.

Il faudra très vite aller vers une consommation plus réduite et de meilleure qualité, respectant bien davantage le bien-être des animaux d'élevage. Le rapport du CIRC (Centre international de Recherche sur le Cancer) publié le 26 octobre 2015 classant la viande rouge comme « probablement cancérogène pour l'homme » et la charcuterie comme « cancérogène pour l'homme » ne peut que nous y inciter !

 

[3] Nous avons indiqué ce chiffre de 50 millions qui correspond aux adultes français, mais en réalité 95 % des personnes interrogées ont manifesté leur désir de pouvoir bénéficier de cette transparence sur les produits alimentaires (soit 63 millions de consommateurs de tous âges).

Voir le sondage exclusif de France Nature Environnement / CSA (février 2014) : « Pesticides, OGM, élevage en batterie : les Français veulent savoir » ICI et le texte de soutien à la campagne  « OGM TRANSPARENCE » de Denez L'Hostis, président de FNE ICI

 

[4] 6 mois est le délai minimum pour y parvenir, c'est un « objectif de départ » qui dépendra :

  • de la faculté des consommateurs à se mobiliser massivement
  • de la volonté des pouvoirs publics à prendre en compte cette légitime exigence de transparence
  • du lobbying des multinationales de l'agroalimentaire et des fédérations de l'agriculture conventionnelle, industrielle et intensive.

Mais en réalité cette action durera le temps qu'il faudra et ne cessera que lorsqu'elle aura abouti.

 

[5] Pour atteindre l'objectif de cette campagne qui est :

  • de rassembler un grand nombre de consommateurs pour agir collectivement avec force
  • d'informer le grand public sur la réalité de l'importation massive d'OGM en France
  • d'obtenir la plus grande transparence sur les produits alimentaires.

Cela passera par la mise en place de relais citoyens actifs sur tout le territoire.

Lire à ce sujet le texte du coordinateur national Bernard Astruc ICI